Le Taiji Quan style Chen

Le Taiji Quan 太極拳 (prononcer tai chi chuan), est apparu en Chine il y a plusieurs siècles. Il est pratiqué quotidiennement par un grand nombre de chinois.

Il existe de nombreux styles de Taiji Quan, le style Chen que nous pratiquons demeure le plus ancien et est praticable par tout public.

Cet art martial interne s’avère reconnu pour le maintien d’une bonne forme physique et mentale, entretenant le système articulaire , réduisant le stress et les tensions , amenant calme et détente musculaire.

Le Taiji Quan de style Chen insiste sur des formes de mouvements amples, continus, en association avec la respiration et le relâchement. La pratique se fait au travers de formes, ensembles de mouvements codifiés s’apparentant à des katas, d’exercices à deux (Tui shou), avec armes parfois. Des formes statiques, appelées « qi gong« , viennent compléter le travail sur l’énergie. Il n’y a pas de compétition.

Le Taiji Quan se pratique avec des vêtements amples, pour plus d’aisance en salle, ou aux beaux jours en plein air.

Historique

Maître d'arts martiaux Chen WangtingLe Taiji Quan serait originaire de Chenjiagou, petit village chinois du district de Wen Xian, a été créé par le maître d’arts martiaux Chen Wangting (1600 – 1680). Chen Wangting associa à sa boxe les principes tirés du Yi Jing (livre des changements), de la théorie des méridiens, du Dao Yin (art de longue vie) et du Tu Na (travail respiratoire). Ainsi, il conçu un enchaînement caractérisé par des mouvements combinant une force explosive qui vient de l’intérieur et un style extrêmement fluide, souple et mouvant. Depuis 300 ans, cet art, qui fut d’abord familial, s’est par la suite propagé. Le Taiji est l’unité suprême, le principe premier qui régit l’univers et préside l’union du Yin et du Yang.

La pratique

La pratique du Taiji Quan style Chen est basée principalement sur le travail de deux enchaînements à mains nues Lao jia yi lu (76 mouvements) et Lao jia er lu (Pao chui). S’y ajoutent les Tuishou (poussée des mains), les armes (épée, sabre, lance, grande lance, hallebarde…). De nombreuses autres formes ont vu le jour, le grand-maître WANG Xi’an a mis au point une forme de 8 mouvements (Taiji quan Yang sheng ba shi) , et une autre forme de 24 mouvements (Taiji quan Er shi si shi), qui synthétisent un ensemble de techniques, permettant au débutant de commencer un travail de fond.

Si le Taiji quan est d’abord resté au sein de la famille Chen (traditionnellement enseigné uniquement au fils aîné, et à la belle fille), il s’est propagé à partir de 1928, année où Chen Fa Ke débuta son enseignement à Pékin. Il existe une affiliation officielle (transmission de maître à disciple) qui se compte en nombre de générations. Cette reconnaissance est toujours pratiquée aujourd’hui à Chenjiagou. On compte différemment les membres extérieur à la famille.

Il existe aujourd’hui plusieurs maîtres officiels, dons l’un des principaux est le grand Maître Wang Xi’an , qui est venu en France plusieurs années durant pour des stages auxquels nous avons pu participer.

Maître Wang Xi’an est issu de la 19ème génération du Taiji quan de style Chen. Né en 1944, passionné pour cet art martial dès son plus jeune âge, aujourd’hui il est considéré comme une référence mondialement reconnue.

Outre les nombreuses compétitions régionales et nationales remportées en Chine, il a été en 1997, en reconnaissance de son dévouement, élevé au rang des personnalités par l’Etat chinois comme « Grand Maître de Taiji quan de style Chen », et entraîneur national d’études supérieures de Wu shu.

Occupant le plus haut poste de responsabilité pour l’enseignement du Taiji quan à Chenjiagou , berceau du Taiji quan en Chine, il a créé avec ses deux fils un Institut privé en 2000 pour former de nombreux professeurs. Il s’inscrit aussi depuis plusieurs années dans une dynamique de transmission avec notre pays, la France, pour le plus grand bonheur des amoureux d’authenticité.

Après des dizaines de stages du grand-maître WANG Xi’an en France, la relève est désormais assurée par SHEN Si, son jeune et brillant disciple. SHEN Si est le représentant de la 20ème génération de Taiji Quan style Chen, 6ème Duan Wushu en Chine, disciple proche du grand-maître WANG Xi’an.

Certains d’entre nous ont pu assister au stage en 2018 à Cahors, organisé par l’IRAP, où nous avons pu profiter de son enseignement.

Cet art martial interne s’avère reconnu pour le maintien d’une bonne forme physique et mentale, entretenant le système articulaire, réduisant le stress et les tensions , amenant calme et détente musculaire.

Le style Chen insiste sur des formes de mouvements amples, continus, en association avec la respiration et le relâchement. La pratique se fait au travers de formes, ensembles de mouvements codifiés. ressemblant à des Katas, d’exercices à deux avec armes parfois. Des formes statiques appelées ‘Qi Gong‘, viennent compléter le travail sur l’énergie: il n’y a pas de compétition.
Le Tai Ji Quan se pratique avec des vêtements amples, pour plus d’aisance en salle, ou aux beaux jours, en plein air.

Alain Caudine, disciple de maître Wang Xi’an, nous présente l’association IRAP, très active dans le développement du Taiji Quan de style Chen en France, et nous explique le Taiji Quan et la philosophie de sa pratique dans le film suivant réalisé par l’IRAP.